La dysphorie de genre

La dysphorie de genre

A quoi se tenir pour ne pas glisser ?

 

Le dialogue entre les deux auteurs de L’homme sans gravité se perpétue vingt ans après à travers l’actualité plutôt brûlante où les implicites de la question du transgenre résonnent avec la vie politique elle-même.

 

Dans un échange cordial et accessible qui ne masque pas certaines différences, Charles Melman et Jean-Pierre Lebrun s’attaquent à la question cruciale de savoir si l’évolution de notre société nous entraîne vers davantage de civilisation ou si au contraire, elle contribue à nous déciviliser. À partir du film « Petite fille » exemplaire de la problématique du transgenre dont la progression est aujourd’hui évidente, ils interrogent ce que d’aucuns estiment être une avancée sous couvert d’une possible et nécessaire autodétermination de l’enfant. Le point central consiste à devoir se demander si la réalité de ce sujet capable de se penser sexué à partir de lui-même est autre chose qu’un vœu pieux basé sur un déni, en l’occurrence, de son anatomie. Comment penser une société qui se construirait sur de telles prémisses ?

 

Dans la collection

Psychanalyse autrement


Présentation de l'ouvrage :

Un lien zoom est disponible pour assister au rendez-vous 

"Les lundis d'érès" le lundi 21 février à 20h30. Voir la version en ligne


 


Mercredi 13 Janvier 2010